Retour sur l’aventure de Fabio à l’UTPMA


J’ai attendu quelques jours pour me lancer dans un CR de mon UTPMA car les sensations et les souvenirs se mélanges un peu dans ma tête.

D’abord, le résultat : abandon au 62 ème , pourtant je suis heureux comme tout et physiquement en pleine forme (donc très très satisfait de ma prépa physique : « diète », sommeil, gainage) et maintenant j’ai envie de recommencer.

Là tu dois te demander pourquoi il a abandonné ??? … c’est simple j’ai oublié un détail dans ma prépa (l’explication viendra plus tard).

Bref :

Longue période d’attente avant le départ où j’accumule du stress ( c’est tout nouveau et je veux gérer chaque détails). Top départ à minuit dans une grosse ambiance, là je panique car seulement 300 m de course et j’ai déjà mal aux quadri et le talon gauche s’enflamme ! ( trop de stress ).

Tout rentre dans l’ordre avec la 1ère côte.

J’ai pas vraiment apprécier les 30 premiers kms ( j’aurais dû partir devant comme les copains d’Angoulême ) , c’était long et chiant a « cul à cul » sur des montées interminables. J’ai commencé à sérieusement m’ennuyer …

Puis le levé du jour a tout changer , plus d’espace , plus de visibilité et tout le monde à adopter un rythme marche/trottinement bien sympa.

Mon rythme OK , mon alimentation/hydratation OK , je pouvais attaquer le plomb du cantal (il est 7 H ).

Putain physiquement ça cause !! et …. Là commence l’enchainement :  arpon du diable-Plomb-Lioran-bec de l’aigle-puy Mary. Une belle succession de …. Lignes de crêtes !! magnifique pour ceux qui n’ont pas le vertige …..MERDE j’ai le vertige ………….. ah lala ! et oui j’aurais dû faire un peu de balade en moyenne montagne avant pour m’acclimater.

Allez je serre les dents, je baisse la tête et je suis pas à pas tous les mecs qui me précède. Mais avec l’effort, la peur devient de plus en plus envahissante et en descendant le puy Mary mes genous s’enflamment juste avant un gros ravito et où se trouve une navette pour ceux qui bâche.

Bon allez il reste encore de la crête à faire et mes genous m’encouragent à arrêter … je bâche.

Nous sommes 223 à abandonner sur 660 ( 37% ) et sur le coup je n’ai aucune amertume. Une semaine après oui , beaucoup , et le physique est intact (malgrés les 62 kms et environ 4500 deD+) , ça craint .

Je comprends maintenant pourquoi les gens veulent faire de plus en plus long et de plus en plus dur. Les sentiments m’envahissent et j’aimerai y retourner.

Fabio

PHOTOS 2018 https://www.facebook.com/search/top/?q=utpma%202018

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s